Un casting qui a du chien !

Lors d’une soirée entre potes, j’avais fait la rencontre d’un gars intéressant. Robert avait sa propre boîte de prod indépendante et réalisait plusieurs films par an. Je portais un T-shirt « HARRY PELOTEUR » et cela l’amusa beaucoup. On sympathisa rapidement et après plusieurs verres, il me laissa sa carte. Avant de partir, il m’invita même à venir participer à un casting. J’acceptais avec joie, moi qui rêvais de découvrir l’envers du décor…

Le jour de ma visite, une vingtaine de filles, assez vulgaires, attendaient leur tour. Robert vint à ma rencontre et m’invita dans son bureau. Une fois à l’intérieur, il m’expliqua que c’était un casting X et qu’il faisait ça pour pouvoir payer ses autres films, plus généralistes…

Voyant ma tête, il me montra la chaise à côté de lui et m’invita à m’asseoir. Je m’installais, sans trop savoir ce qui m’attendait… Un labrador noir, sans doute le chien de Robert, gisait à mes pieds. Robert me dit :

— Il s’appelle Max.

Plusieurs filles défilèrent… des moches, des putes, des vieilles, bref pas le top du top. Je me disais qu’il y avait quand même un sacré tri à faire avant…

Un nouveau groupe de filles arriva, plus jeunes et plutôt mignonnes. Elles se connaissaient et semblaient être venu là par curiosité. Robert leur demanda de rentrer une par une, elles étaient un peu déçues d’être séparé mais les deux restantes s’installaient déjà sur un canapé, près de l’entrée.

La première s’appelait Mylène, elle était brune et avais 22 ans. Robert lui posa mille questions, les positions qu’elle préférait, ce qu’elle avait déjà fait, etc. C’était des questions très indiscrètes mais elle répondait à toutes, sans exception. Robert me faisait passer pour son assistant et j’aimais bien ça.

Elle semblait convenir parfaitement mais après avoir lu sa fiche, Robert la raccompagna à la porte, sans même avoir filmé une image. La deuxième entra. C’était une belle rousse avec une peau très blanche, Florence. Elle semblait plus experte que la première mais, contre toute attente, et après avoir lu ses réponses au questionnaire, il la remercia et lui demanda de faire entrer sa copine.

Je ne comprenais rien. Il venait de se débarrasser de deux filles superbes qui aurait peut-être accepté de tourner dans un porno, même aujourd’hui, tellement elles étaient curieuses. Avant que l’autre fille nous rejoigne, je lui demandais pourquoi. Il me répondit.

— Ce n’est pas le genre de fille que je recherche…

Cela ne répondait pas vraiment à ma question. Il voyait bien que je ne comprenais pas et il se marrait…

La dernière était la plus belle des trois. Cynthia. Elle avait un corps de rêve, des cheveux blonds et un look BCBG. Elle prenait soin d’elle et cela devait lui couter cher. Elle sentait très bon. Sans doute s’agissait-il d’un parfum hors de prix.

Robert lui fit remplir le même questionnaire mais en le lisant, cette fois, il lui demanda de se déshabiller. La fille semblait convenir. Elle se retrouva en string et soutien gorge. Il prit des photos d’elle et tourna un bout de film de présentation. J’appris qu’elle adorait la fellation mais que le sperme la dégoutait un peu. Elle avait déjà subit un « Bukkake » une fois, à bord d’un bateau, lors d’une croisière avec ses parents. En maillot de bain, elle s’était perdue dans les cuisines du paquebot et s’était vite retrouvée encercler par une vingtaine de latino-américains, qui n’avait pas du voir la terre depuis des semaines… ils l’avaient forcé à s’agenouiller devant leurs bites… Elle en avait prit plein la tronche et avait faillit vomir plusieurs fois.

Ca devenait sympa et je n’attendais qu’une chose, c’était de la voir complètement nue. Je ne savais pas si Robert allait lui demander de le faire. En tout cas, elle n’hésita pas à faire quelques poses sexy et se mit à quatre pattes en montrant bien son cul à la caméra. Son string ne cachait pas grand chose…

J’étais de plus en plus nerveux et en me remettant droit sur ma chaise, je faillis écraser Max. Je l’avais complètement oublié celui-là. Il regardait Cynthia, tranquille, la tête posée sur ses pattes.

Robert était content. Il chuchota dans l’oreille de Cynthia et celle-ci fit une drôle de tête. Elle hésita, puis regarda Max, puis me regarda bizarrement. Je rougissais à vu d’œil… Elle lui parla longtemps dans l’oreille et Robert acquiesça. Il s’approcha de moi, me donna toutes les fiches et me demanda de l’attendre dehors, mais aussi d’avertir les autres filles que leur copine n’allait pas rentrer avec elles. Il me fit un clin d’œil.

Après avoir refermé la porte derrière moi, je parlais aux filles qui, bien qu’étant surprises, ne firent pas d’histoires. Je m’installais confortablement sur le canapé où la place était encore toute chaude.

J’attendais depuis seulement 5 minutes que déjà, je trouvais ça louche que Robert m’ai demandé de sortir. Voulait-il faire des trucs avec la fille ? Etait-ce professionnel ou non ? Je me posais des tas de questions, j’étais curieux et cela me démangeait de savoir…

Pour m’occuper, je lisais et relisais les fiches sans comprendre pourquoi il l’avait choisit elle et pas les autres. Il y avait bien des questions sur le nombre de partenaires ou la fréquence des rapports mais ça n’avait aucun sens. Par contre, la liste des pratiques sexuelles avait des cases cochés ou non. Je lisais tout haut :

— Oral, Trio, Ejac Faciale, Anal, Double P, SM, Scato, Bukkake, Uro, Zoophilie !

Zoophilie ? Je ne savais pas que ce genre de pratique était possible encore moins devant une caméra. En mettant les fiches des trois filles côtes à côtes, je pu voir immédiatement les différences.

Mylène avait coché Oral, Trio, Ejac faciale. Florence avait tout coché sauf Scato et Zoophilie. Quand à Cynthia elle avait coché Oral, Ejac Faciale et Zoophilie ! J’étais sur le cul de découvrir ça. Elle voulait faire ça avec des animaux ? Un fantasme ? C’était quoi son problème ? Bon sang, j’hallucinais complètement…

A cause de mon impatience, je trouvais le temps long. Je me levais pour écouter derrière la porte. Malheureusement, rien. Je n’entendais absolument rien ! Dépité, j’errais de bureau en bureau jusqu’à m’installer derrière un ordi.

J’avais accès au réseau de la société. Je me baladais un peu dans les fichiers lorsqu’un bouton rouge apparut sur l’écran. Je cliquais dessus. Je pensais avoir fait une fausse manip mais sous le bouton rouge, un texte s’afficha : « LIVE VIDEO STREAMING ». Une fenêtre apparut et je voyais Robert et la fille dans son bureau, dans un plan large et en noir et blanc. J’avais du mettre une caméra en route. J’étais super content d’avoir trouvé ça. Hélas, il n’y avait pas de son, c’était une sorte de caméra de surveillance. Je m’installais confortablement sur le siège et j’attendais la suite avec impatience…

Cynthia se déshabillait. Robert s’installait derrière sa caméra. Elle avait une chatte toute lisse et des jambes superbes. Ses seins étaient naturels mais un peu trop petits à mon goût. Elle était par terre sur les fesses et se masturbait devant la caméra. Après avoir baissé mon jean et mon caleçon, je pris ma bite dans la main. J’allais et venais tout doucement en fantasmant sur les images.

Elle se caressa pendant une bonne quinzaine de minutes. Puis, Robert étala une sorte d’huile sur son corps. Elle était toute brillante. Je me demandais comment il faisait pour ne pas lui sauter dessus tellement elle était belle… l’habitude sans doute…

Il allait surement lui demander une pipe vu ce qu’elle avait coché. Aussi j’attendais impatiemment la scène. C’était comme regarder un film de boules mais en live… par contre je regrettais de ne pouvoir enregistrer…

A un moment, Cynthia se leva et voulut se rhabiller. Robert la retenait par le bras et insistait pour qu’elle reste. Il réussit à la convaincre en sortant une grosse liasse de billets. Il n’avait pas eu le choix on dirait. Elle hésita, puis attrapa l’argent et le rangea dans son sac.

Elle resta debout et attendait la suite en croisant les bras. Robert se dirigea vers son bureau et Max se mit sur ses pattes. Le chien s’avança tout près de Cynthia et cette dernière se baissa pour le caresser. Il remuait la queue et lui léchait les mains. Elle aimait bien les chiens, ça se voyait à son comportement.

Robert lui parlait et la fille écoutait. Elle se grattait la tête, se recoiffait les cheveux. Elle n’était pas très à l’aise. Finalement, elle se mit à quatre pattes, en se cambrant un peu. Elle resta dans cette position, sans bouger. Robert caressait le ventre du chien et après quelques secondes, il l’aida à grimper sur Cynthia. Elle se retrouva avec Max sur le dos. Robert poussa le chien pour qu’il la pénètre. C’était incroyable à voir. Cynthia baissait la tête, de honte ou de plaisir. Le chien allait et venait en elle. Robert retourna derrière sa caméra et vérifia les réglages.

Le chien la prenait de plus en plus vite et Cynthia ne bronchait pas. Elle essayait de rester en position ce qui n’était pas évident à cause des coups de bites répétés. Elle devait surement crier mais hélas, je n’entendais rien. Le chien s’arrêta enfin et Robert s’approcha d’elle pour filmer ses fesses en gros plan.

Cynthia se releva et attrapa son string. Robert lui donna d’autres biftons et elle accepta de rester, une nouvelle fois. Le chien était au milieu de la pièce et son sexe ayant pris de l’ampleur, je découvrais enfin à quoi ça ressemblait. C’était beaucoup plus gros qu’un homme et la forme était bizarre.

Robert demanda à Cynthia de s’allonger sous le chien. Elle se retrouva la tête entre ses pattes, juste en dessous du sexe canin. Elle l’attrapa timidement avec la main et le masturba. Robert la filmait de près. Elle n’avait jamais du faire un truc pareil dans sa vie, c’était évident, Robert lui expliquait tout.

Elle lécha le bout du sexe puis le goba entièrement. Elle recrachait de la semence de temps en temps, c’était dégueu et excitant à la fois. Elle ne put tenir plus de dix minutes, elle avait le visage recouvert. Robert lui donna une serviette et elle s’essuya en secouant la tête.

J’avais jouis deux fois tellement c’était excitant. J’avais du sperme partout sur les mains. J’attrapais une feuille de papier qui sortait de l’imprimante et m’essuyait tant bien que mal avec… Une fois présentable, je regagnais ma place dans le canapé.

En sortant du bureau, Cynthia croisa mon regard sans dire un mot. Elle était loin d’imaginer que j’avais tout vu. Elle récupéra ses affaires et s’en alla rapidement. Robert souriait et je savais pourquoi mais je jouais le candide.

— Alors ? demandais-je à Robert.
— C’est une vraie chienne ! dit-il en se marrant.

Conseils de lecture

, , , , , , , , ,