Début de vacances en Espagne

Tout s’est passé en partant en vacances entre amis, on partait avec deux voitures assez grandes, des monospaces. On était deux couples par voiture. On avait décidé de partir en début de soirée, quand toute la circulation serait passée. Après avoir rangé nos bagages, nous décidâmes de partir vers 21h, nous avions calculé qu’il y aurait au moins sept heures de route. La chaleur était tombée avec la nuit, mais il faisait quand même chaud, même en tenue d’été. J’avais mis une petite robe légère à fleur, et mon copain était en short pour être à l’aise.

Mon copain et moi étions à l’arrière de la voiture, tandis que nos amis étaient à l’avant, Cédric conduisait et sa copine lui servait de co-pilote.
Après avoir fait deux heures de route, je commençais à prendre peine pour suivre la conversation. J’étais calée contre mon copain et je commençais à m’endormir. J’avais eu une journée chargée et le roulement de la voiture me faisait prendre le train en marche.

J’étais très contente de partir en vacances, avec nos copains, entre jeunes, on partait en Espagne passer quelques semaines dans une villa avec piscine. Il me tardait d’y être. Mon copain se laissa glisser sur les sièges pour être plus confortable. Tout naturellement, ma tête reposait contre son ventre, j’étais allongée et c’était très agréable.
Dans la nuit, j’ai commencé à avoir un peu froid, il devait être 1h ou 2 du matin. J’ai pris ma veste sur mes épaules pour me réchauffer un peu. Quelques minutes après, les voitures stoppèrent sur une aire d’autoroute. Quelques-uns devaient avoir envie de faire un petit arrêt pipi, je sentis mon copain me relever la tête pour aller faire une petite pose. Je n’avais pas envie de bouger, alors je me suis retrouvée sur la banquette, allongée. Quelques instant plus tard, j’entendis la porte s’ouvrir, mon copain me redressa la tête, pour reprendre sa place sur la banquette, je me laissais faire à moitié endormie.

Après quelques minutes, je sentais, sous ma tête, sa verge prendre une autre dimension, il prenait un certain plaisir à avoir ma tête au niveau de son sexe. Je m’en rendis compte et pour lui montrer mon bien être, je mis ma main, au niveau de ma bouche, sur son short, et commençait à faire des petites pressions sur son sexe.
Après quelques caresses bien soutenues, il posa sa main sur ma tête et ma caressa les cheveux, c’était très agréable. Je me disais que les vacances allaient être super, enfin en tous cas, cela commençait très bien.

Après quelques mouvements, je sentais qu’il augmentait la pression sur ma tête et mes mouvements devenaient de plus en plus appuyés et rapides. J’entrepris de passer ma main sous son short pour être en contact avec son sexe. Il se laissa faire, bien sûr, et n’attendait que ça. Je sentais son sexe sous mes doigts, je l’enveloppais pour sentir son sexe dans ma main.
Je sentais la chaleur de son sexe venir à mon nez, une odeur de sexe assez agréable.

Il fit un mouvement de bassin pour que je commence à le masturber, heureusement que nous roulions de nuit, personne ne pouvait voir ce que je faisais à mon amour !
Mais, pour être sûre de mon coup, je déplaçais légèrement ma veste pour me cacher le visage. Cette sensation était très agréable.
Je commençais à le masturber, son sexe devenait de plus en plus gros, je ne sais pas si c’était l’excitation de la situation, mais mon copain était hyper excité. J’avais son sexe, qui maintenant était sorti de son short, au niveau de ma bouche.

Je sentais alors une de ses mains me parcourir la jambe et remonter sous ma jupe. Ses caresses étaient douces, sa main atteignit ma culotte qui commençait à être très humide.
Sa main passa sous ma culotte, pour venir caresser mon sexe mouillé. Il passa ses doigts sur mes lèvres luisantes, puis enfonça un doigt dans mon vagin qui rentra sans aucun problème.
Je serrais mes jambes pour maintenir sa main dans ma chatte, il me caressait divinement bien, ce qui n’a jamais été son point fort !!!

Je sentais un autre doigt rentrer et caresser mon intimité en ébullition. Il rentrait au maximum ses doigts dans mon sexe pendant chaque va-et-vient, il ne m’avait jamais caressé comme ça auparavant.
Je sentais qu’avec son autre main, il poussait ma tête vers son sexe pour que je le prenne en bouche. Je n’osais pas le faire, de peur que l’on entende les bruits de ma bouche.

J’avais son sexe appuyé contre ma bouche avec une pression de sa main pour le sucer. Je cédais, je dois dire, assez facilement à mon homme. J’ouvris mes lèvres et avança ma bouche pour faire rentrer son sexe. Je fus surprise de sa grosseur et l’engloutit à moitié. Cette sensation était impensable, je maintenais mon va-et-vient sur sa tige raide avec ma main et lui prodiguait une fellation comme jamais.

Chaque fois que j’avalais son sexe, il remontait son bassin pour venir au plus profond de ma bouche, je dois dire que j’avais assez de mal à l’engloutir entièrement. Il maintenait une caresse dans mon vagin et rajouta un doigt supplémentaire dans mon sexe. J’avais ma chatte ouverte à ses caresses. Je sentais son pouce me caresser l’anus d’un mouvement circulaire. Il sortit ses doigts de ma chatte et porta son pouce à ma bouche pour que je le lui lubrifie. J’arrêtais ma fellation et suçais son pouce qu’il plaça aussitôt à l’entrée de mon anus. Il replaça deux doigts dans mon vagin et commença progressivement à rentrer dans mon cul.

Cette sensation était agréable et pour le lui montrer, j’accélérais ma fellation.

Je sentais qu’il commençait à bouger son bassin plus rapidement, il prenait beaucoup de plaisir. Je malaxais ses coucougnettes entre mes doigts. Je touchais mon sexe avec ma main et je sentais ma mouille couler entre mes jambes. Je repris mes caresses sur ses bourses avec ma mouille sur les doigts. Je descendais pour atteindre son anus, ce qui lui fit stopper net ses caresses dans mon sexe.

J’appuyais avec une pression régulière pour sentir mon doigt rentrer dans son anus. Il appuya fortement ma tête et recommença son mouvement avec son bassin. Tout d’un coup, il s’arrêta et je sentis dans ma gorge de longs jets de sperme que j’avalais avec fureur. Je le sentais se vider dans ma bouche, je devais tout avaler car la situation ne permettait pas d’avoir une goutte perdue sur la banquette. J’avoue que mon copain était vraiment excité car il ne m’avait jamais habitué à éjaculer autant. Après un moment, je sentis son sexe diminuer de volume, je le replaçais dans son slip, il enleva sa main de mon sexe pour que je vienne lui lécher les doigts. Ma mouille avait un goût assez sucré, c’était pour moi une première.

Je m’endormais, l’estomac rempli pour le trajet, avec beaucoup de mal, pensant à cette queue dans ma bouche qui avait été assez impressionnante.

L’aube commençait à se lever, j’avais passé une bonne nuit, courte, mais reposante. Je poussais vers le bas de mes jambes ma veste pour voir Cédric et sa copine à l’avant de la voiture. D’un seul coup, je remarquais la chemise de mon copain à la place conducteur et continuant de lever la tête, je vis mon copain au volant de la voiture…

Je ne comprenais plus, on ne s’était pourtant pas arrêté depuis notre petite escapade à l’arrière de la voiture !!! Je ne comprenais pas. Tout d’un coup, une pensée vint à mon esprit.
Mon copain avait remplacé Cédric au volant de la voiture quand on avait fait la pose pipi.
D’un ton assez inquiet, je pris la parole et demandais :

— Depuis quand as-tu remplacé Cédric au volant mon amour ? Il me répondit :
— Après la pose pipi que nous avons fait, d’ailleurs on ne s’est arrêté qu’une fois et on est presque arrivé, me dit il.

Avec horreur, je m’apercevais que je venais de faire une fellation à Cédric. Je commençais à comprendre son excitation d’avoir ma tête sur son ventre après la pose, et surtout le volume de sa bite dans ma bouche. Je ne me rappelais pas que mon copain éjaculait aussi longtemps et si abondamment, Cédric devait être aux anges et avait profité de mon pseudo sommeil pour se faire passer pour mon copain. J’étais honteuse, je n’osais pas me relever pour voir le regard de Cédric me dire « Merci » du coin de l’œil !
Il savait que je dormais et avait repris la même place que mon copain, et dans le noir je ne m’étais aperçue de rien.

Arrivé pratiquement à la villa, je m’étais redressée et j’avais regardé Cédric d’un regard assez noir. Il savait qu’il avait abusé de la situation et avait bien compris que pour moi, je faisais une fellation à mon homme.

Je n’ai jamais raconté cette histoire à mon copain tellement j’ai honte de moi. Durant le séjour, Cédric, voyant mon embarras, s’excusa tout de même de son comportement.

Conseils de lecture

, , , , , , ,